Le calvaire des vaches laitières

Publié: 6 septembre 2012 dans Le calvaire des vaches laitière

http://www.youtube.com/watch?v=gUnwj6T3I0A&feature=player_embedded

Les vaches sont des êtres sensibles, qui ressentent des émotions riches et variées, et qui en liberté jouent, nouent des amitiés, et ont un lien maternel très fort avec leurs petits… Mais dans l’industrie laitière, plus de 70% des vaches laitières subissent l’inhumanité de l’élevage industriel : entassées dans des hangars, elles sont traitées pendant toute leur (courte) vie comme de véritables machines à lait

  • Grossesses forcées : Pour fournir du lait, la vache doit être soumise à une grossesse chaque année (qui dure 9 mois, comme pour les humains). Elle est donc engrossée de force dès l’âge de 15 mois (c’est encore un bébé !), et sera à nouveau fécondée 3 mois après chaque vêlage, par insémination artificielle dans la majorité des cas, ce qui constitue un véritable viol pour la vache ainsi (mal)traitée.
  • Traite intensive : Elle sera ensuite soumise à la traite, par une machine, même pendant sa grossesse, ce qui est exténuant pour son pauvre corps, dont les besoins vitaux ne sont absolument pas respectés ! Ce système affolant de productivisme intensif va soutirer à la vache près de 10 000 litres de lait par an (dans les années 80, c’était déjà 6 000 litres…), grâce à des hormones et autres traitements chimiques favorisant un rendement toujours plus important, et toujours au détriment de ces êtres sensibles !!
    Image
  • Souffrances physiques et émotionnelles : La traite intensive et le confinement génèrent de nombreuses souffrances physiques (enflure du pis et infections très douloureuses, ce qui n’empêche pas l’éleveur de continuer à la soumettre à la traite forcée ; désordres métaboliques dus à une suralimentation ; boitements et déformations des pattes, qui ont du mal à porter ce pauvre corps maltraité…), qui conduisent parfois jusqu’à la mort. Les souffrances émotionnelles sont tout aussi intenses, non seulement à cause des conditions de vie désespérantes infligées à ces pauvres créatures, mais aussi du fait que leurs veaux, auquels elles sont profondément attachées, leur sont enlevés dès le premier ou deuxième jour après leur naissance (on entend les vaches meugler pour appeler leurs petits, et les veaux appellent souvent aussi désespérement…) (Pour produire du lait, il est nécessaire qu’une vache mette bas, comme tout mammifère, et ce, une fois par an. C’est là que les choses se compliquent : si on laisse le veau téter, la vache va contrôler et donc freiner la descente de lait, nuisant à sa productivité. Le veau lui est donc retiré quelques jours seulement après sa naissance)
    Image
  • Mort : Rapidement épuisée par un tel traitement, notre vache ne sera plus « rentable » dès l’âge de 5 ou 6 ans (dans la nature, elle aurait pu vivre plus de 20 ans…), et sera donc brutalement transportée à l’abattoir, où elle sera tuée, souvent pleine, et la viande obtenue sera transformée en steaks hachés ! (Saviez-vous que 70% de la viande bovine provient des vaches laitières ?!).
  • Et que deviennent les veaux ?… : Les veaux femelles sont utilisées pour remplacer les vaches laitières qu’on envoit à l’abattoir. Elles seront donc nourries avec un substitut de lait (le lait de leur maman, qui leur était destiné, leur étant littéralement volé par les humains…), logées dans des boxes individuels d’où elles ne peuvent bouger, ni avoir d’interaction avec d’autres veaux. Puis leur destin sera celui d’une vache laitière.. Quant auxveaux mâles, Ils repartent dans le circuit de la viande… L’industrie du veau n’existe qu’en raison de la demande de lait : c’est la solution que l’industrie a trouvé pour utiliser les veaux mâles issus de l’industrie laitière…
    Image

Des alternatives existent… On peut faire le choix de la compassion :

Des solutions existent pour ne plus contribuer à toute cette souffrance ! En effet, les laits végétaux (lait de soja, lait d’amandes, lait de riz, lait de noisette… ), les yaourts au soja, ou les margarines végétales remplacent avantageusement le lait de vache et les produits laitiers qui, contrairement à ce que vante la propagande des lobbies de l’industrie du lait, sont absolument néfastes, voire même dangereux, pour la santé humaine ! (vous trouverez c’est produit en magasin).

Laissons enfin le lait de vache à qui il appartient de plein droit… Les veaux !!

Pour en savoir plus (Le mythe du lait): « Depuis les années 20, les industriels du lait ont remarquablement réussi à cultiver un environnement dans pratiquement tous les secteurs de notre société – de la recherche à l’éducation, et des relations publiques à la politique – pour nous faire croire que le lait de vache et les produits laitiers sont bons pour la santé… Ne vous méprenez pas ; l’industrie laitière a toujours eu virtuellement tout le contrôle sur l’ensemble des informations concernant la santé publique qui sont portées à l’attention de l’opinion » – Docteur. T. Colin Campbell

Le lait de vache est parfait pour celui à qui il était destiné à l’origine : son petit, le veau ! Il n’est pas fait pour l’être humain !! Ca devrait être évident… Le lait de chaque mammifère est spécifiquement adapté aux besoins particuliers de chaque espèce. D’ailleurs, dans la nature, aucun autre mammifère ne boit le lait d’un autre animal : c’est tout-à-fait contre-nature ! De même, aucun autre mammifère ne continue à boire de lait après la période de sevrage…

Le lait de vache est beaucoup plus riche que le lait maternel humain, et permet au petit veau de décuplerson poids de naissance en un an ! Ce lait est totalement inadapté à notre organisme, ce qui en fait littéralement un poison pour notre corps… (On sait d’ailleurs que plus de 75% de la population mondiale est intolérante au lait de vache !! Ce n’est pas un hasard…)

Le lait de vache élève le cholestérol sanguin et les graisses du sang, et contient 300 fois plus de caséine que le lait maternel humain. Cette caséine est une colle puissante qui encrasse l’organisme de façon considérable.

L’industrie laitière (et les chercheurs de l’INRA et d’ailleurs) a réussi à transformer une vache normale, en une « usine à lait », produisant jusqu’à 10.000 litres de lait par an !! Un rythme affolant et totalement contre-nature pour ces pauvres créatures, victimes de la folie humaine… Les vaches n’étant absolument pas faites pour produire ces quantités abérrantes de lait, elles développent des infections à répétition du pis, qu’on appelle mamittes, et lors de la traite, le pus et les bactéries s’écoulent avec le lait… (voir photo ci-contre)

Pour essayer de contrôler les maladies et infections, de grandes doses d’antibiotiques sont données aux vaches, qui finissent eux aussi dans le lait. Les enfants sont particulièrement vulnérables aux conséquences d’une quantité d’antibiotiques trop élevée, que les chercheurs relient à une possible inhibition du développement du système immunitaire.

Par ailleurs, d’après Robert Cohen, un biologiste et chercheur, qui a écrit l’un des livres les plus documentés sur la question (pas encore traduit en français) : « Milk, the deadly poison » (Le lait, un poison mortel), le lait augmente les risques de cancers, favorise l’ostéoporose, et contribue aux maladies cardiovasculaires

Plus récemment, en France, dans son livre « Lait, mensonge et propagande » dont nous avons déjà parlé, Thierry Souccar explique pourquoi la consommation de lait favorise le développement de nombreux cancers, (notamment le cancer de l’ovaire et le cancer de la prostate), à cause, entre autres, de l’IGF-1, bras armé de l’hormone de croissance, une substance qui stimule la prolifération des cellules cancéreuses.

En effet, les résultats de nombreuses recherches et études scientifiques démontrent les réels dangers du lait de vache pour l’homme.

Dans le monde entier, de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer les méfaits du lait (des médecins, des diététiciens, des chercheurs…), ce qui effrait les producteurs laitiers, et les gros lobbies montent au créneau pour nier ou minimiser les résultats de ces études, et pour vanter les soit-disant bienfaits que le lait apporterait à la santé, notamment grâce au calcium contenu dans le lait…

Grâce, là encore, à l’excellent travail de propagande des puissants lobbies de l’industrie laitière (qui possède les « droits exclusifs psychologiques » sur le calcium dans les produits alimentaires…), le lait est présenté comme le seul aliment à contenir le calcium dont l’homme aurait besoin, et l’on vous suggère régulièrement que sans le lait et les produits laitiers, vous pouvez être certain de développer un jour ou l’autre l’ostéoporose et d’autres problèmes osseux…

Mais dans ce cas, comment expliquer que les Asiatiques, qui traditionnellement n’avaient jamais consommé de lait, n’ont commencé à souffrir de l’ostéoporose, et d’autres problèmes osseux, qu’à partir du moment où ils ont adopté le régime américain (régime de lait et de produits laitiers) ?! Par ailleurs, aux Etats-Unis, pays où l’on consomme énormément de lait, comment expliquer dans ce cas que 25 millionsd’Américaines développent l’ostéoporose ?!…

Contrairement à ce que l’on entend dire partout, le calcium contenu dans le lait de vache (et des autres animaux) n’est pas assimilé correctement par notre organisme ! En effet, le lait est trop riche en protéines qui, pour être éliminées par le corps, obligent celui-ci à mobiliser son propre calcium ! Du coup,les produits laitiers sont eux-même l’une des causes de l’ostéoporose !!

Par ailleurs, pour absorber le calcium, le corps a besoin de quantités de magnésium équivallentes. Or il y en a très peu dans le lait de vache, ce qui contribue aussi à rendre le calcium du lait très peu assimilable par l’organisme humain…

Le calcium présent dans le lait de vache provient… des végétaux qu’elle consomme !! Alors allons directement à la source ! C’est meilleur pour nous, meilleur pour les vaches et meilleur pour les veaux !!

Nous pouvons trouver tout le calcium dont nous avons besoin dans les végétaux, et les sources végétales de calcium sont de bien meilleure qualité et bien mieux adaptées à notre organisme que le lait de vache. Parmi ces sources, on peut citer : les légumes (en particulier les légumes verts feuillus, le chou, brocolis, asperges, épinards, cresson…) ; les céréales (avoine…) ; les oléagineux (amandes, noix, noisettes…) ; les légumineuses (haricots…) ; les fruits secs (figues, dattes, raisins, abricots…) et aussi les oranges, le persil, les graines de sésame, le tofu, le lait de soja renforcé en calcium végétal… Toutes ces sources végétales recèlent du calcium parfaitement assimilable par le corps humain, et les protéines des plantes n’aboutissent pas à la perte de calcium, comme c’est le cas avec les protéines animales ! L’eau minérale est aussi une autre source de calcium.

Par ailleurs, la plupart des sources végétales de calcium sont aussi d’excellentes sources de magnésium, que l’on retrouve en particulier dans les légumes verts feuillus, les choux, les haricots, les brocolis, les petits pois, les haricots verts, les grains entiers, le tofu, les oléagineux (noix, noix de cajou, noix de pécan), les fruits secs (figues, dattes, abricots, raisons), les avocats, les bananes… etc

Image

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s