Pourquoi dans un débat végétarien / anti-végétarien / (omnivores) trouve t’on toujours un passage sur l’homme préhistorique ?

Publié: 26 juillet 2012 dans Pourquoi dans un débat végétarien/anti-végétarien (omnivores) trouve t'on toujours un passage sur l'homme préhistorique ?

Pourquoi dans un débat végétarien / anti-végétarien trouve t’on toujours un passage sur l’homme préhistorique ? Généralement à l’initiative d’un opposant au végétarisme apparait la phrase « De toute façon, les hommes préhistoriques mangeaient de la viande, donc il faut en manger ». Je ne m’intéresserai pas ici à la vérité (pré)historique  que je laisserai aux scientifiques. Il est en revanche intéressant de s’adresser à la psychologie  de celui qui utilise l’homme préhistorique comme argument anti-végétarien. Doit-on considérer que l’homme préhistorique détenait la vérité universelle en raison de son état de nature? La fascination pour les hommes capables de survivre à l’état sauvage expliquerait-elle la croyance que les hommes préhistoriques, y z’avaient raison ? Peut-être. Peut-être que le mode de vie de l’homme préhistorique se rapproche plus de ce que nous devrions être au lieu de vivre dans des sociétés complètement artificielles et « anti-naturelles ». Encore faut-il se demander ce que l’on entend par « homme préhistorique ». Australopithèque? Chasseur -cueilleur du mésolithique ? Premiers cultivateurs ? Car bien entendu, le régime alimentaire de chacun est bien différent, les premiers étant plutôt frugivores, les deuxièmes vivant…de chasse et de cueillette, et les derniers plutôt de céréales. Force est de constater que l’anti-végétarien se réfère plus volontiers au chasseur-cueilleur. Dès lors, il faut se demander pourquoi. Dans l’imaginaire collectif, la préhistoire est représentée  par des hommes aux cheveux longs, velus et aux sourcils épais dévorant une biche au coin du feu. Mais surtout, à l’arrière plan des représentations « moyennes » de la préhistoire, se trouve une femme sauvage et sexy, aux seins nus, qui prépare la pitance du guerrier. Les seins nus, voilà de quoi marquer tout enfant petit ou grand découvrant la préhistoire, voilà de quoi donner des vocations de préhistorien du dimanche.

Bref, la vision de l’homme viandard, poilu, près du feu, un tantinet misogyne, secondé par une créature aux seins nus est une imange populaire, plaisante et réconfortante. Dans cette image, l’homme mangeait de la viande, il faut donc manger de la viande. Les australopithèques trop poilus et nettement moins glamour, les cultivateurs trop proches de nous sont moins intéressants. Pourtant, leur régime alimentaire est nettement moins carnivore. Voilà donc qui explique que l’on prend l’homme préhistorique comme modèle en matière de nutrition: l’homme préhistorique est un expert en matière de nutrition, voilà qui est dit.

(si je peux me permettre une opinion personnelle dans ce texte objectif et hautement scientifique, je pense simplement que l’homme préhistorique bouffait surtout ce qu’il pouvait)

Nous devons donc faire comme les hommes préhistoriques: manger de la viande. Le fait est que aujourd’hui, prendre sa bagnole, aller au supermarché et dégoter un steak haché en promo réveille probablement nos vieux instincts de chasseurs. Quoi de plus sauvage, de plus excitant, de plus préhistorique que d’arracher la dernière barquette de viande au client suivant, et d’aller l’échanger à la caisse contre du métal et du papier (des sous) ? Voilà une première question de résolue, mais une seconde subsiste: pourquoi l’homme préhistorique est il pris comme un modèle de nutrition, mais jamais comme un modèle de quoi que ce soit d’autre ? Lesquels de ceux qui prétendent nécessaire de manger de la viande parce qu’ainsi faisaient nos ancêtres peuvent se targuer de découper leur viande au silex (bien plus tranchant que nos couteaux modernes, soit dit en passant) ? Combien vivent seins nus ou simplement enveloppé d’une peau d’ours quand il fait froid ? Combien considèrent que si l’homme préhistorique avait raison de manger de la viande, il avait aussi raison de vivre dans des abris rocheux, et les imitent ? J’ai posé cette question à une personne qui m’a répondu que le fait que l’homme se vêtisse de peaux de bêtes montre la nécéssité non de faire de même, mais de s’habiller tout simplement ! Mais alors le fait que l’homme préhistorique mange de la viande ne montre t’il pas simplement la nécessité de manger, mais pas spécialement de la viande ? Si l’on mange de la viande parce que l’homme préhistorique en mangeait, alors il faut être logique et jeter au feu nos portables, télévisons, voitures, casseroles en inox, il faut brûler nos billets de banque et partir en forêt avec une sagaie. Force est de constater qu’à la question « pourquoi l’homme préhistorique est il un modèle en nutrition, et seulement en nutrition ? », je n’ai pas d’explication autre que la simple ignorance ou la mauvaise foi de la personne qui avance l’argument.

[Proche de l’argument de l’homme préhistorique carnivore apparait généralement celui de la dentition: « puisqu’on a des canines, il faut manger de la viande ». Je passerai sur le fait que les canines ont chez les primates une fonction de communication, et vous suggère de répondre ceci: « puisque tu as un trou de balle, va donc te faire enculer »]

Article en provenance de: http://insolente0veggie.over-blog.com/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s