La corridas…

Publié: 26 juillet 2012 dans Corridas

Piques, banderilles, douleur et sang : voilà ce qui caractérise l’un des « spectacles » les plus meurtriers de notre siècle : la corrida. Nous dénonçons les intérêts du monde taurin, celui-là même qui refuse de concevoir la souffrance de l’animal et qui prône sans cesse l’excuse délirante de la tradition et de la beauté du spectacle pour justifier l’injustifiable ! On ne saurait qualifier d’art ce qui engendre Souffrance et Mort…Oui le taureau souffre et personne ne saurait le lui dénier. Nous souhaitons dénoncer la souffrance infligée à un animal, la persistance de cette tradition intolérable dans un pays moderne, la nécessaire prise en compte de l’intérêt supérieur de l’animal face aux pensées archaïques !

Un spectacle financé par les contribuables !

Les arènes ne se remplissent pas aussi facilement que le disent les pro-corridas. Ces « spectacles » sont déficitaires et les collectivités territoriales sont contraintes de financer le monde tauromachique afin que celui-ci puisse continuer de massacrer des taureaux pendant de trop longues minutes. Le contribuable, sans le savoir, financent largement les corridas. Ainsi, plusieurs villes de France distribuent des subventions :

Arles : 82 099 € . Bourg-Madame : 6 000 € . Béziers  : 66 693 € . Carcassonne : 3 000 € . Château renard : 42 700 € . Millas : 37 000 € . Nîmes  : 33 000 € . Rieumes : 8 500 € . Saint-Martin-de-Crau : 17 839 € . Saint-Sever : 15 760 € . Tarascon : 19 000 € . Vergèze : 19 000 €.

En tout, ce sont plus de 300 000 euros qui sont ainsi distribués grâce à la générosité du contribuable… Est-ce normal ? Si le législateur a souhaité punir les actes de mauvais traitements et de cruauté envers les animaux, il a maintenu une dérogation honteuse qui permet aux corridas de se dérouler dans des villes de « traditions locales ininterrompues ». En d’autres termes, une corrida à Paris, le torero risque 2 ans de prison et 30.000 euros d’amendes car ce « spectacle » sera alors considéré, et à juste titre, comme un acte de cruauté. Une corrida à Nîmes est, quant à elle, parfaitement légale car Nîmes est une ville taurine. Deux poids, deux mesures alors que la loi doit s’appliquer de façon uniforme sur tout le territoire national !

Plus de 1000 vétérinaires de toute la France, y compris le sud, prennent publiquement position contre la corrida, et réclament son interdiction sur l’ensemble du territoire français. Plus de 1000 vétérinaires soutiennent les propositions de loi visant à supprimer l’exception au code pénal que constitue la corrida. Plus de 1000 vétérinaires protestent contre l’inscription du supplice d’un bovin au patrimoine culturel français.

Ceux qui defende la coridas disent que c’est une tradition et que c’est pour cela qu’il ne faut pas l’abolir, mais la tradition ne justifie pas TOUT ! La souffrance d’un innocent, sa torture lente pour assouvir quelques personnes avec d’étrange envies de voir la vie souffrire & puis mourrire! Puisqu’il s’agit de suivre la « tradition », pourquoi n’importerait-on pas la lapidation et l’excision par exemple ? Et on pourrait aussi rétablir les décapitations à la hache qui faisaient fureur chez nos amis britanniques. Ou l’écartèlement… Avez vous conscience des insanités que vous sortez ? Il faut le répéter, la tradition n’est rien !! ce ne sont que des excuses pour essayer de tenir debout le massacre d’animaux…

Protéger la vie au lieu de défendre la mort !! Un animal soufre tout comme un humain. Respectons la vie…

Explication:

L’Afeitado: Cette pratique barbare consiste à scier à vif 5 à 10 cm de corne. L’opération dure 25 minutes et génère d’horribles souffrance pour l’animal ; il est enfermé dans un caisson et seules les cornes dépassent. Cette mutilation modifie la perception de l’espace pour le taureau. Tous les toreros réclament l’afeitado. En termes de douleur, cette ‘ intervention ‘ reviendrait à nous scier une dent à vif… Cette opération a pour but de désarmer le taureau. L’animal ainsi tourmenté, torturé, garrotté, piégé, encagé; ses plaintes, ses mugissements n’empêchent rien. Les cornes sont ensuite poncées et éventuellement reconstituées avec de la résine. Le taureau ne dispose pas d’un délai suffisant pour prendre connaissance de la nouvelle longueur de ses cornes et d’y adapter son coup de tête.

Le transport: Les taureaux sont ensuite transportés vers les villes taurines; c’est une épreuve douloureuse. Ces transports pouvant durer plusieurs jours, sur un plan incliné pour les fatiguer, les animaux ne reçoivent ni nourriture, ni boisson. C’est ainsi qu’en 2001, plusieurs taureaux déshydratés ont été retrouvés sans vie dans ces camions de la mort.

La préparation au combat: Avant le combat, le taureau est parfois préparé. Yeux enduits de vaseline (afin de le désorienter), usage en dose massive de tranquillisants, hypnotisant, et même sprays paralysants (les mêmes utilisés par les forces de l’ordre, qui ont pour effet d’altérer la vue). Pattes enduites d’essence de térébenthine, qui lui procure des brûlures insupportables, dans le but de l’empêcher de rester tranquille. Aiguilles cassées dans les testicules, dans le but d’empêcher le taureau de s’asseoir ou de s’affaler. Coton enfoncé dans les narines et qui descend jusque dans la gorge, dans le but de rendre plus difficile la respiration. Coups de pieds et de planche sur l’échine et sur les reins, pour ne laisser aucune traces. Les sabots sont limés, voire incisés et on enfonce des coins de bois entre les onglons, cette opération est faite pendant la contention dans la boîte à treuil (en même temps que l’afeitado). Et juste avant de rentrer dans l’arène, on lui laissera tomber une trentaine de fois des sacs de sable de 100 kg sur les reins, après l’avoir immobilisé.

Et maintenant… « le spectacle peut enfin commencer. »

Comment peut-on assister à la torture d’un animal et l’applaudire au lieu d’aller lui porter secours ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s