Le cirque & les animaux…

Publié: 26 juillet 2012 dans Le cirque & les animaux

Lions, tigres, panthères, ours, primates, mais aussi de nombreux herbivores inoffensifs comme les chameaux , les girafes, les éléphants, les hippopotames ou les dromadaire sont très souvent utilisés par les cirques pour des numéros trompeurs… « Hors piste » le spectacle du traitement des animaux traînés sur les routes par tous temps fait peine à voir. Exploités au prétexte d’offrir du bonheur aux enfants et à leurs parents ébahis par l’émerveillement de leurs chères têtes blondes, des animaux amusent la galerie mais à quel prix ?

Vivre en cage n’est pas une vie !

Dans leur milieu naturel, les animaux sauvages bénéficient de grands espaces en adéquation avec leurs besoins physiologiques. Concernant les animaux domestiques, un minimum de stabilité et de soins sont indispensables de la part de leurs propriétaires. Dans les cirques, ils sont contraints à la promiscuité : les camions-cages qui leur servent de lieu de vie, (largeur du camion sur longueur au carré) ou les quelques mètres de chaîne qui leur sont accordés leur occasionnent stress et souffrance. Le manque de place et l’ennui provoquent des troubles du comportement, (perturbation psychologique), appelés stéréotypie :

– Les fauves tournent en rond dans leur cage, ne dit-on pas « comme un lion en cage » !

– les éléphants se balancent continuellement d’un pied sur l’autre en dodelinant de la tête

– les primates se jettent violemment sur les grilles de leur prison…

Ils n’ont pas de distance de fuite, ils développent une hypersexualité et peuvent en venir à l’auto mutilation…

Quand le malheur de l’animal fait le malheur des Hommes…

Le mode de vie incompatible qu’offre les cirques itinérants ont des conséquences souvent très graves : on ne compte plus aujourd’hui les accidents liés à la captivité. Dans le Vaucluse, le 19 juin 2006, une éléphante a piétiné son soigneur, les fauves qui agressent leurs soigneurs, un python qui étrangle une employée de cirque…

Sans compter un dressage tout en « violence »

Crochets, piques électriques, fouets : les « ustensiles » utilisés par les circassiens pour que les animaux effectuent leur tour sont de véritables instruments de torture. Derrière le discours des dresseurs qui vantent leur méthode « à la récompense » la SPA et de nombreuses associations n’ont pu que constater que les animaux étaient tétanisés par la peur et la crainte de leurs dresseurs. Comment peuvent-ils nous faire croire qu’un lion traverse un cerceau de feu sans crainte ? Les fauves ont peur naturellement du feu… Comment peuvent-ils nous faire croire que les animaux effectuent un numéro en échange d’une friandise ? C’est avec des coups et la privation de nourriture qu’ils contraignent les animaux à exécuter des tours… Aujourd’hui en France, près de deux cents cirques du plus imposant au plus petit, détiennent un millier et demi d’animaux sauvages, (source ONCFS 2004). Ceux-ci n’ont pas accès aux soins appropriés qui leur sont nécessaires et que des vétérinaires spécialisés devraient leur dispenser. Ils naissent et meurent dans leurs camions et le plus souvent, nul ne sait ce qu’il advient de leurs dépouilles. Ces animaux sauvages n’ont aucune structure d’accueil appropriée en cas de vieillesse ou de blessure.

Il est temps de rejoindre les pays ayant interdit l’utilisation des animaux sauvages dans les cirques et de se réjouir du spectacle moderne et créatif qu’offrent les cirques sans animaux. Si vous aimez les animaux, ce n’est pas dans les cirques que vous trouverez votre bonheur et le leur… 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s